N° 14 Le Tragique moderne

Présenté par Maurizio Melai

Orages14_couvQue devient le tragique lorsque la tragédie rougit les rues, pour reprendre l’expression
de Chateaubriand ? Quand la foule se presse au spectacle d’une guillotine
qui concurrence l’antre de Melpomène ?
Les années 1760-1830 représentent un tournant dans la conception du tragique. Ce tournant est intimement lié aux événements historiques, en particulier à la Révolution et à l’épopée napoléonienne. La tragédie se déplace de la scène théâtrale
à la scène de l’histoire et met en question l’optimisme philosophique et la raison des Lumières.
C’est précisément lorsque la tragédie comme genre théâtral décline que l’adjectif
« tragique » commence à être utilisé comme substantif pour devenir une notion philosophique. Celle-ci désigne désormais une vision de l’homme et du monde. La tragédie ne paraît plus capable d’exprimer à elle seule l’expérience traumatique du présent et de véhiculer le tragique moderne. D’autres genres littéraires et d’autres formes d’écriture se chargent alors de cette tâche, non sans réutiliser la langue, les structures ou les thèmes traditionnellement associés à la tragédie.

 

 

Télécharger le sommaire et la présentation du numéro

Télécharger le bon de commande